L’ÉNERGIE

UN MARCHÉ AU CŒUR DE GLOBAL INDUSTRIE

Edito

GLOBAL INDUSTRIE, l’événement français qui électrise le secteur de l’énergie


Une consommation mondiale en constante augmentation, des énergies renouvelables en plein développement mais encore (beaucoup) trop insuffisamment au regard de l’exploitation des fossiles, une augmentation des émissions de gaz à effet de serre… Tels sont les grands questionnements et tendances actuels de l’énergie sur lesquels GLOBAL INDUSTRIE Lyon 2019 réunira une offre mondiale adaptée à ces technologies et apportera éclairages, réponses et solutions !

Avec 5% des visiteurs, ce secteur constituait le premier marché le plus représenté lors de la première édition de GLOBAL INDUSTRIE, en mars 2018 à Paris.
Ces quelque 1500 personnes ne s’y sont pas trompées. En réunissant, à l’occasion d’un seul et même événement et pour la première fois en France, l’ensemble de l’écosystème industriel international - start-up, grand groupe, sous-traitant, fabricant d’équipement ou de solutions, pôles de compétitivité, centres de recherche… - et de la chaîne de valeur - R&D, conception, production, maintenance, services, formation… -, GLOBAL INDUSTRIE garantit en effet aux professionnels de l’énergie de trouver :
 
Signe de l’importance et de la considération apportées par les organisateurs à ce secteur, ils lui avaient consacré une table ronde intitulée « Usine du futur et performance énergétique », animée par Djamel Khames, Rédacteur en chef adjoint d’Arts et Métiers Magazine, et qui a réuni Alban Galland, Chef du bureau des industries de l’énergie à la DGE, Jean-Jacques Bayle, Responsable Ingénierie bâtiment infrastructure et environnement chez PSA, David Fillon, Directeur "Support & Développement des Opérations Industrielles" de Toyota, et Julien Poillot, Directeur de la cimenterie Vicat de Xeuilley. Sans oublier une prestigieuse masterclass de Jean-Bernard Lévy, Président directeur général d’EDF et un keynote de Gwenaëlle Huet, CEO - BU France Renouvelables d’Engie.
La deuxième édition de GLOBAL INDUSTRIE, qui aura lieu pour la première fois à Lyon du 5 au 8 mars prochains, sera l’occasion pour eux de (re)trouver leurs collaborateurs présents et à venir.
Ne la manquez sous aucun prétexte !

Les tendances et attentes du marché vues par la presse et les sites spécialisés

Energie : quelques chiffres éclairants

Un marché énergétique mondial qui progresse et aux défis multiples

Un article paru le 14 juin dernier sur le site connaissancedesenergies.org résume les conclusions d’un rapport publié la veille par BP, le « Statistical Review of World Energy », qui présente ses dernières données annuelles sur l’énergie dans le monde : « en mars 2018, l’Agence internationale de l’énergie avait déjà fait état d’une hausse de la consommation mondiale d’énergie de 2,1% en 2017. BP partage ce constat (+2,2% dans son rapport) et confirme que toutes les sources d’énergie ont été davantage consommées l’an dernier dans le monde, y compris le charbon (…) pour la première fois depuis 2013.
Au total, les énergies fossiles auraient encore compté pour 85,2% de la consommation mondiale d’énergie primaire en 2017 (…). Le pétrole reste de loin la principale source d’énergie du mix énergétique mondial (34,2%), avec une hausse de la consommation de 1,7 million de barils par jour en 2017.
Le développement des énergies renouvelables hors hydroélectricité a été particulièrement important (+16,6%), mais celles-ci ne comptaient encore que pour 3,5% de la consommation d’énergie primaire dans le monde en 2017. La part de l’énergie nucléaire reste pour sa part relativement stable (4,4% en 2017).
La consommation mondiale d'énergie primaire a doublé au cours des 35 dernières années (…). Les consommations de pétrole et de gaz naturel ont respectivement augmenté de 1,4% et 2,7% en 2017.
La production mondiale d’électricité dans le monde a augmenté de 2,8% en 2017, la quasi-totalité de cette hausse (94%) provenant des pays émergents tandis que la production dans les pays de l’OCDE est restée ‘relativement stable depuis 2010’. Les énergies renouvelables et le charbon ont respectivement compté pour 49% et 44% de la hausse de la production mondiale en 2017.
Au total, le charbon reste toutefois de loin la principale source d’électricité dans le monde : ce combustible a compté pour 38% de la production mondiale électrique, soit la même part qu’en 1998 malgré une ‘légère baisse’ au cours des dernières années. La part des énergies ‘non fossiles’ est même plus faible qu’il y a 20 ans, la progression des énergies renouvelables (25% de la production électrique mondiale en 2017) n’ayant que partiellement compensé la baisse de la contribution du nucléaire (10% en 2017).
Les émissions mondiales de CO2 liées à la consommation d’énergie ont augmenté de 1,6% en 2017, après trois années consécutives de quasi-stabilité (…). Cette évolution, qualifiée de « gros pas en arrière » par BP, confirme l’écart très important entre les ambitions exprimées à la COP21 et les tendances actuelles. Pour rappel, le GIEC estime qu’il serait nécessaire, pour atteindre la cible de l’accord de Paris, de faire baisser de 40% à 70% l’ensemble des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2050 (par rapport au niveau de 2010) »
 

La France en avance en matière d’énergies renouvelables

Le 24 mai dernier ont été mis en ligne, sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire, les chiffres clés 2018 des énergies renouvelables en France. En résumé, « la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie de la France a progressé de près de 7 points sur les dix dernières années, passant de 9,3 % en 2006 à 16,0 % en 2016. Les énergies renouvelables constituent ainsi la quatrième source d’énergie primaire en 2016, derrière le nucléaire, les produits pétroliers et le gaz (…). Globalement, même si les pompes à chaleur, les biocarburants et l’éolien ont beaucoup progressé depuis 20 ans, le bois énergie et l’hydraulique restent prédominants, représentant à eux seuls 60 % des énergies renouvelables.
Avec l’Accord de Paris et le Plan climat, les objectifs fixés par l’Union européenne comme par la France en matière d’énergies renouvelables sont importants. Ainsi l’Union européenne a décidé, dans son nouveau paquet énergie-climat 2030, d’atteindre 27 % d’énergies renouvelables dans sa consommation finale brute. La France a, quant à elle, inscrit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte l’objectif de porter cette part à 32 % en 2030 ».
 

Sélection de technos/produits présents sur le salon

Le saviez-vous ? - Miscellanées d’énergie dans les allées de GLOBAL INDUSTRIE

Vous avez tous entendu parler des miscellanées, ce genre littéraire composé de textes divers mélangés avec une unité plus ou moins manifeste.
Et bien c’est exactement ce que nous vous proposons de faire dans cette rubrique : un bref aperçu, totalement subjectif et donc tout sauf exhaustif, au gré des connaissances du rédacteur, de la présence de l’énergie dans les allées de GLOBAL INDUSTRIE.

Saviez-vous par exemple que…